Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Frédéric de Butler

Article vu 77 fois

(Angry Indian Goddesses), film de Pan Nalin (2015)

Déesses indiennes en colère ***-

Nous sommes à Goa en Inde.

Suranjana, Pammi, Mad, Laxmi, Nargis et Joanna sont réunies par Frieda une ancienne camarade d'université. 

Déesses indiennes en colère ***-

« Déesses indiennes en colère » est un film très bien mené. Deux parties très différentes se succèdent…


La première est une version « filles » du « film de potes ». L'histoire commence avec la présentation de chacune « dans son jus » jusqu’à ce que « Kali » se réveille en elles et les amène à rompre parfois violemment le train-train de bienséance sociale qui était le leur. 

 

Déesses indiennes en colère ***-

Dès le début on est surpris par l'indépendance et la modernité de ces femmes compte tenu du contexte indien.  On retrouve ce côté survolté et non conformiste qui faisait le charme de « Mustang », le film Turc du printemps. « Déesses indiennes » raconte avec brio et un rythme soutenu l’histoire de ces femmes. C’est très rythmé mais un peu mièvre avec toutes ces jolies femmes décomplexées passant leur temps à rigoler compulsivement entre elles. A part Laxmi, c’est quand même l’élite : elles ont réussi dans la vie où viennent de familles aisées.

Tout cela ronronne gentiment jusqu’à l’irruption de l’incontournable couple de lesbiennes. On ne s'y attend pas et cela casse un peu l'ambiance. 

Déesses indiennes en colère ***-
Déesses indiennes en colère ***-

A noter la remarque " culte" de la grand-mère de Frieda :

« A jean déchiré, vie déchirée » ... A suivre.

Déesses indiennes en colère ***-

Heureusement dans le second acte, le film prend un tour dramatique très inattendu et va basculer dans la tragédie. Dès les premières image le spectateur est immergé au cœur de l'action, au milieu des personnages, pris au dépourvu par une scène encore énigmatique. Ce sont toutes les facettes de la comédie humaine qui sont croquées, jalousies, violences, rivalités, séduction, mais aussi amitié, fidélités, simplicité et même sacrifice.  Toutes ces femmes sont très attachantes, notamment Joana (remarquable Amrit Maghera) qui est véritablement le "bon ange" de cette courte saga. Malgré son look d’actrice libérée et ses attitudes parfois fantasques, elle sera facteur de cohésion, de réconciliation et même de pardon auprès de ses amies. Cette partie, plus conséquente met en scène  le sort des femmes en Inde, notamment à la suite de viols. Le film se termine sur une scène mythique qui met un point d’orgue au débat. 

Déesses indiennes en colère ***-
Déesses indiennes en colère ***-

Le suspens est très bien mené les coups de théâtre se succèdent. En ce sens, il est préférable de ne pas connaître le scénario détaillé avant de voir le film. Et puis un film indien, reste un vrai dépaysement. À voir en VO bien sur, c'est à dire en un salmigondis d'hindi mêlé d'anglais. Pour ses dialogues parfois crus et quelques situations assez violentes le film est à réserver aux adultes et grands adolescents. 


Bon voyage !
 

Déesses indiennes en colère ***-

Echange de Tweet avec une des actrices du film...

Déesses indiennes en colère ***-

Commenter cet article