Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Mc Fred

Vu 152 fois

Film de Christopher Nolan (2017)

Dunkerque **+

Mai 40. Les troupes alliées sont bloquées à Dunkerque par les Panzers de Rommel. Encerclé c'est la reddition ou l'extermination. Il reste encore la voie maritime, le détroit pour évacuer l'armée vers l'Angleterre toute proche. Les soldats anglais sont indispensables pour poursuivre la guerre et défendre le royaume, car si Français et Belges capitulent, la prochaine campagne sera la bataille d'Angleterre.

 

Dunkerque **+
Dunkerque **+

Le cadre du film est dressé.

Mais là ou il y avait matière et moyens d'un film fabuleux, faute de scénario le spectateur assiste à 90 minutes de jeux vidéo grandeur nature. En effet, le scénario se limite à trois séquences : la plage, la mer, les airs. Dans ces trois espaces nous allons suivre des personnages pendant quelques heures de l'opération Dynamo. Les soldats attendent sur la plage que des bateaux viennent de la mer pour les récupérer pendant que ces derniers sont méthodiquement bombardés par des Heinkels et autre Stukas. Et les trois univers s'intercalent sur un rythme  trépidant.

Dunkerque **+
Dunkerque **+
Dunkerque **+

Côté plus : la reconstitution des combats et des univers est magistrale et très réaliste. Le désarroi de ces hommes que la violence du combat rend fous est très bien évoqué. Ici point d'héroïsme de légende, mais l'âpre horreur de la guerre. On explose, on se fait tirer comme des pigeons, on se noie, on cherche la moindre goutte d'eau pour étancher la soif...sa propre humanité est réduite à l'instinct de survie. Je trouve intéressant que le cinéma depuis quelques années ose montrer ce visage la guerre, temps de déréliction, d'horreur au quotidien, de mobilisation monstrueuse de forces de destruction, sans le rééquilibrage romantique d'actes héroïques. Dans Dunkerque, point d'héroïsme, chacun cherche à sauver sa peau. Heureusement il reste ça et là quelques lueurs d'humanité : on tend la main à cet homme qui va se noyer et bien sûr la posture admirable de cet anglais qui embarque son fils et un ami sur son yacht pour aller récupérer des combattants.

Dunkerque **+
Dunkerque **+

Côté moins : l'absence de scénario. On perçoit que l'action se déroule sur quelques heures. Par contre rien n'est évoqué du déroulement de cette épique bataille de Dunkerque. Nous ne savons rien des personnages, même pas leur nom à part ce "Gibson" qui se dévoile à la fin. Keneth Branagh, vient montrer sa noble frimousse en amiral coordonnant les opérations. Cela surprend dans un film ou l’anonymat absolu du combattant est renforcé par l’absence de tête d’affiche. La palme du mauvais goût revient à cette invraisemblable scène finale ou un avion anglais à court de carburant, vient se poser tout calmement sur la plage déserte, face à un coucher de soleil d’anthologie..

Dunkerque **+
Dunkerque **+

En conclusion.

Est ce l'idée et le parti pris de Nolan ? Dunkerque plonge le spectateur au cœur du combat, comme un drone humain invisible qui ne connaîtrait rien des personnes qu'il rencontre. En ce sens c'est une magistrale reconstitution. Ce n'est pas pour autant un grand film.

Frédéric de Butler

 

L'anti "Dunkerque" : le film "Week end à Zuydcoote" de Henri Verneuil (1964). parfois un peu long, mais un vrai film avec des moyens conséquents pour l'époque..

Allez-y viiiiite...

 

Dunkerque **+

La critique de Paul-Erwan de Butler

Dunkerque est le dernier film de guerre en date réalisé par Christopher Nolan et sorti dans les sales obscures le 19 Juillet dernier. J’ai eu la chance de visionner cette œuvre cinématographique riche qui retrace l’évacuation des forces alliées de Dunkerque du 20 mai au 3 Juin 1940 après la défaite éclaire des troupes britanniques et françaises en Europe face aux armées conquérantes d’Hitler.

 

Le casting du film est très riche avec notamment un Tom Hardy caché derrière son masque de pilote de la RAS, Cilian Murphy en rescapé traumatisé d’un naufrage ou encore Kenneth Brannagh en amiral en chef de la flotte anglaise.

 

Cette reconstitution historique ne met cependant pas l’accent sur les acteurs talentueux qui incarnent les soldats, car les nombreux personnages sont plutôt impersonnels en fait et servent avec simplicité l’objectif du film : vous immerger totalement dans cette retraite catastrophe sur Terre, sur Mer et dans le Airs.

Il y a donc très peu de dialogues et on s’intéresse peu à l’histoire individuelle des protagonistes. L’intérêt du film se trouve donc dans l’impeccable travail de reconstitution qui permet de saisir l’angoisse des troupes encerclées sur la plage de Dunkerque attendant avec appréhension l’arrivée du prochain navire d’évacuation ou le prochain bombardement allemand. On ressent bien et de façon très réaliste la situation terrible de tous ces jeunes hommes livrés à eux-mêmes, vaincus, désespérés et finalement prêts à tout pour rentrer chez eux.

 

Le film est divisé en 3 parties : une partie nous raconte le sort de ces soldats isolés sur la plage en attente de la mort ou des secours. Une partie se déroule dans les airs avec les pilotes de la RAS qui ont pour mission de protéger les navires d’évacuation de la Luftwaffe (armée de l’air allemande). Et enfin une partie sur mer avec le gigantesque appel de la couronne adressé aux civils britanniques qui traversent en grand nombre la Manche afin de venir à la rescousse de leurs soldats à bord de leurs bateaux de plaisance ou de pêche. La reconstitution est donc assez complète et donne une vision globale probablement fidèle de ce repli historique qui permit le sauvetage de quelques 400 000 soldats alliés.

 

Le film est très immersif et s’il est loin de tomber dans le ridicule de la superproduction américaine avec hémoglobine et boyaux à foison, il est cependant très violent car les effets spéciaux sont bien maîtrisés ainsi que les effets sonores qui mettent vraiment dans l’ambiance et vous emmènent au cœur  d’un bombardement, d’un naufrage catastrophe ou de la cabine de pilotage d’un avion de la RAS sous le feux ennemi. Je déconseille donc ce film à un trop jeune publique car il est très réaliste et peut s’avérer oppressant pour certains (un de mes amis qui a la vingtaine passée est resté blottis au fond de son fauteuil pendant tout le film et sursautait à chaque rafale de mitrailleuse…).

 

Je recommande du reste ce film à tous les fans de film de guerre et à tous les amoureux d’Histoire qui seront sans doutes frappés par la fidélité de la reconstitution. Seul petit bémol qui ne piquera que les patriotes français : le rôle des troupes françaises est tout à fait minimisé (rien d’inhabituel ceci dit) et il n’est nul part fait mention du sacrifice à 1 contre 10 des dernières divisions françaises sur le front qui à permis de gagner un laps de temps suffisant à l’évacuation de nos chers voisin anglais…

Dunkerque **+
Dunkerque **+

Commenter cet article

Annie 01/08/2017 21:17

Ou….beaucoup de bruit pour rien ?
C’est un peu lapidaire mais, de fait je trouve toujours un peu frustrant d’être au ciné…et de s’ennuyer.
Le scénario est ici en cause qui passe à côté des personnages en alternant les séquences de combat naval, terrestre et aérien. On les quitte donc pour les retrouver, puis pour les reperdre, puis les retrouver….. Ce rythme est artificiel, et le temps est malmené entre différents moments du jour ou de la nuit….
La surenchère technique du cinéma (surtout américain ?) nous habitue finalement à des scènes de plus en plus réalistes et spectaculaires. Ce qui est un atout pour un film de guerre, mais on peut préférer une approche beaucoup plus écrite et intimiste comme Spielberg et le soldat Ryan.

Mc Fred 01/08/2017 23:21

Beaucoup de bruit pour rien... Keneth Brannagh : Très fort !