Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Frédéric de Butler

Article vu 115 fois

Film de Blandine Lenoir (2017)

Aurore ***

Aurore » Premier long métrage de Blandine Lenoir. En quelques mots, la crise identitaire d'une femme de 50 ans séparée du père de ses deux filles, qui perd son travail et qui apprend qu'elle va devenir grand mère....tout en retrouvant par hasard un amour de jeunesse...Cette femme c'est Aurore, une Agnès Jaoui....royale dans ce rôle qu'elle endosse avec chaleur, authenticité et brio. 

Aurore ***

Un film attachant, mais un peu vain... Attachant par le soin apporté par la réalisatrice à camper des scènes drôles, bien enlevées ou Agnès Jaoui fait merveille face aux seconds rôles très présents: la bonne copine, les personnels de pôle emploi, le petit ami de sa fille, les anciens du lycée, l'ex mari, le patron mesquin.... Bref, ça pétille ! Mais un peu vain parce que le ton du film laisse de côté le fond de la réflexion: les personnages bâtissent leur vie sur leurs ....envies ! Les couples se font, se défont au gré des circonstances. 

Aurore ***

Gardant au fond de leur cœur une aspiration vers des relations apaisées et stables. Et puis le féminisme exprimé est un peu « victimaire ». Même Françoise Héritier est convoquée, par le biais d'une interview télévisée. Les personnages masculins ne sont pas épargnés, ils manquent de maturité, sont hésitants, ou franchement détestables ou grossiers..... 
Bon et bien voilà, Aurore (Agnès Jaoui) prendra-t-elle un nouveau départ ?....et bien vous le saurez en allant voir le film ! 

Annie de Butler

 

Aurore ***

Le point de vue de Fred
Effectivement Aurore, est un film bien mené avec de nombreuses trouvailles réjouissantes et aussi beaucoup d’humour. Côté trouvailles : le restaurant ou le service est assuré par des chanteurs lyriques qui entonnent un air d’opéra à tout bout de « chant » (!) ; la conseillère de pôle-emploi qui est incapable d’aligner une phrase sensée en prenant son rôle très au sérieux, ou le « don » particulier d’Aurore. 

 

Aurore ***

Il y a quand même, une grossière caricature dans l’articulation des rôles entre hommes et femmes. Si les personnages féminins, d’Aurore, de Mano la copine nymphomane (Pascale Abrillot), de ses deux filles, Marina (Sarah Suco) et Lucie (Lou Roy), pour finir avec la collocation de vieilles femmes,  sont truculents avec du relief et une vraie personnalité, les hommes « prennent cher » avec des personnages linéaires et sans épaisseur… 
- « Totoche »  (Thibault de Montalembert), l’amour de jeunesse est quasi transparent dans son profil « apathique » (non émotif, non actif secondaire)
- « Nanard » (Philippe Reblot) le père de ses deux filles, est assez peu sympathique et aussi assez transparent…
- le « compagnons » de Marina, est inexistant..
- le patron du restaurant, un parfait « pervers narcissique » odieux et ridicule,
- et une ribambelle de gentils obsédés : l’amant récupéré vers la fin, un poil sex-addict, quand même,  le « compagnons » de Lucie, le promeneur lubrique sur la plage, le passant graveleux dans la rue etc.

 

Aurore ***
Aurore ***

Avec un peu plus de hauteur, ce film est bien de son époque. Dès l’adolescence on fait n’importe quoi… et cela fait des dégâts considérables, rupture des couples, familles éclatées. Et ce sont les enfants qui trinquent.

Aurore comme la plupart des films actuels est d’un silence complice assourdissant sur ce délitement et ces « structures pathogènes ». Le film offre une vision un peu faussée de cette réalité. Dans le chaos familial et personnel décrit, les fondamentaux humains sont restés vivants : tendresse, bienveillance, ouverture. Ils permettent à tous d’en sortir, tant bien que mal. Dans la « vraie vie » c’est beaucoup plus nuancé et les fondamentaux lumineux sont aussi mêlés de leur côté sombre : violence, rancœur, désespoir, jalousies, fermeture… Rien ne remplace la « vertu des structures » (chasteté, fiançailles, mariage indissoluble),  favorable au bien commun, (parfois au détriment d'un individualisme narcissique) qui créent un cadre favorable à la famille, aux enfants et à l’épanouissement de tous.

Aurore ***

Commenter cet article