Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Frédéric de Butler

Film de Jean-Pierre Améris (les émotifs anonymes)

Un bien joli sujet. 
Marie (l’étonnante Ariana Rivoire) est une jeune adolescente née sourde et aveugle. Ses parents, paysans l’entourent d’affection. Mais c’est un véritable enfant sauvage, tant son incapacité à communiquer a empêché tout apprentissage. Ses parents tentent de la confier aux sœurs de Poitiers qui tiennent un institut pour jeunes filles sourdes-muettes. 

 

Marie Heurtin ****

Grace à la bonté profonde, la patience et la ténacité de sœur Marguerite (Isabelle Carré, touchante et lumineuse) un jour, le déclic se fait.
Le film raconte l’histoire véritable de Marie Heurtin et de sœur Marguerite à l’institut Larnay des Filles de la sagesse de Poitiers dans les années 1900. Cette expérience est à l’origine d’une méthode pour communiquer à partir de gestes reliant un objet et le signe auquel il correspond, le tout de façon tactile.

 

Marie Heurtin ****

Ariana Rivoire, elle même sourde-muette, interprète Marie avec un réalisme étonnant. Le réalisateur a entrepris de diffuser son film exclusivement en version sourds et aveugles ; un sous titrage double (texte et bruits) pour les premiers et un casque audio, avec descriptif de la scène pour les seconds. C’est assez heureux d’avoir poussé la logique ainsi. 

Marie Heurtin ****

Seul bémol, le film est parfois long. La première partie, avant le déclic semble interminable. C’est sans doute une question d’écriture et de scénario. L’ensemble est très sobre sans effets de mise en scène ou de photo. Cela donne un résultat un peu plat. De même, il n’y a pas de véritables seconds rôles, à part ceux, à peine esquissés, de la mère supérieure ou de sœur Raphaëlle, elle aussi sourde-muette. La vie religieuse mise en scène est surtout axée sur le pensionnat et le travail des sœurs. Détail troublant, on ne les voit jamais prier…Malgré tout la communauté est dépeinte avec justesse et bienveillance. 

Marie Heurtin ****

Le film prend un peu plus de rythme sur la fin. Si vous patientez jusqu’au bout, la dernière séquence est sublime et justifie à elle seule tout le film.
Alors, bonne découverte !

 

Commenter cet article