Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Frédéric de Butler

Ayant un faible pour le charme ethnique du cinéma oriental en VO, je suis allé voir, "WInter slep", "Kış Uykusu" en Turc, palme d'or 2014, s'il vous plait. Dès les premières images, on se dit que c'est un bon choix : magnifiques paysages d'Anatolie, avec ses maisons troglodytes. Cela rapelle étrangement le village de Hobbit. 
 

Kış Uykusu **

Le film commence lentement par la présentation des personnages. Aydin propriétaire d'un hôtel installé dans les troglodytes, rentre petit à petit dans cet hiver de Cappadoce inattendu. 
Inattendu, en effet pour moi la Turquie, c'est le sud, avec son soleil de plomb et un hiver à la douceur toute méridionale. Ici c'est neige et froid glacial.
On découvre peu à peu Aydin dans son univers : son homme de main, Hidayet, sa jeune et jolie femme Nihal,  sa soeur Necta avec qui il partage l'héritage des parents, ses locataires qui ne payent plus leur loyer, et cet étrange gamin..

Kış Uykusu **

Tout cela reste lent, silencieux et froid comme la poudreuse de l'hiver…On prend le temps. Brutalement le propos se durcit et le réalisateur  Nuri Bilge nous introduit dans la réalité des personnages : Necta blessée par son divorce, Aydin écrivant ses éditoriaux philosophiques pour un obscur journal local, et pour finir Nihal qui révèle son énorme frustration...

Kış Uykusu **

Puis l'intrigue rebondit…C'est bien écrit, très bien joué. Par moment on dirait du Tchekhov
Mais c'est curieux cela semble long…
Je regarde ma montre… déjà 1h 50 de film… Bigre ! Et visiblement ce n'est pas fini…

Une demi-heure plus tard… je regarde le programme de la séance sur mon Iphone, pour y chercher la durée…3h15 !
Et c'est reparti pour d'autres séquences toujours aussi lentes et longues...
effectivement rentré à 20h30, je ressortais à 0h25..

Kış Uykusu **

Je n'aurais sans doute pas vu le film en connaissant sa durée.

C'est dommage, on ressort avec le souvenir d'un film bavard et prétentieux. Je ne comprend pas ce parti pris du réalisateur pour une telle durée. Renseignements pris, c'est une de ses spécialités !

Et pourtant, monté avec plus de sobriété et limitant son propos à 1h30, il y avait matière à un bien beau film.
Voire un chef d'oeuvre ?


Kis Uykusu. 2014. Turquie / France/ Allemagne. 3h15. Réalisé par Nuri Bilge. Avec Haluk Bilginer, Melisa Sözen, Demet Akbag, Ayberk Pekcan

Commenter cet article

monique 19/09/2014 08:11

quel courage de vivre dans des conditions de froidd