Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Frédéric de Butler

Cinq Césars pour "Les garçons et Guillaume à table", un pour "Adèle" et un pour "l'Inconnu du lac".
Il n'en faut pas plus au Nouvel-Obs pour évoquer la normalisation du cinéma gay qui devient (enfin) un genre comme les autres…

 

Guillaume et les Césars, à table !

La seule chose que cela révèle c'est l'étrange soumission des cinéastes aux lobbys homosexuels. Le public n'a aucun attrait pour ce genre de film. Par exemple,"La vie d'Adèle" est un tel bide que tous les copains sont appelés à la rescousse. Une célèbre mutuelle étudiante, offrait une entrée gratuite pour tout nouvel adhérent. Imaginez qu'une autre mutuelle étudiante ait offert des places pour "Hannah Arendt"… vous voyez le buzz médiatique et les gros titres : "Les intégristes, noyautent le mutualisme étudiant…". On échapperait de peu à une diatribe courageuse de Valls sur le retour de la bête immonde…

Guillaume et les Césars, à table !

Soyons sérieux, oublions Adèle et l'inconnu qui n'ont eu que le César du meilleur espoir féminin et masculin et revenons au film de Guillaume Galienne "Les garçons et Guillaume à table".
Je reste étonné que les grands inquisiteurs de la planète gay, ne l'aient pas taxé d'homophobie. Le Nouvel-Obs donne la réponse : Galienne a avoué (sic) avoir été bisexuel ; on doit donc être indulgent avec lui.
S'il n'est pas grossièrement "homophobe" ce film n'est en rien gay-friendly. La description qui est faite de l'univers homo est sordide. Souvenez-vous : de la boite homo aux trois gays maghrébins, le milieu est franchement glauque. Le dénouement met un terme à ce qu'il pouvait rester d'ambiguïté en nous montrant le bonheur si éloquent de Guillaume rencontrant la femme de sa vie.

Guillaume et les Césars, à table !

Ce film a eu cinq Césars….il en a sans doute trois ou quatre de trop.
Meilleur acteur, pourquoi pas, tant la double interprétation du fils et de la mère est réussie. Néanmoins, il nous raconte ici sa propre histoire. Le talent d'un acteur n'est-il pas, justement de savoir sortir de lui-même pour tout interpréter ?
Pour les autres Césars, celui du montage est compréhensible : c'est très bien fait. Par contre pour le reste, meilleur premier film, meilleur film et meilleure adaptation, c'est grotesque. C'est justement le grand défaut du film de s'en être tenu à la mise à l'écran d'une série de sketchs.  (Cf. ma critique du film A table ).


Et pourtant cette année, dans le genre "meilleur film", il y avait de la matière...

 

Frédéric de Butler

3 mars 2014

 

Commenter cet article