Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Frédéric de Butler

Vu 20 fois

C'était l'avis du patron de notre cinéma de quartier : « pas indispensable... ».

Encouragé par l'avis contraire et fort bien argumenté du chroniqueur de mon hebdo préféré, j'y suis allé accompagné de mon fils de 17 ans.

Vu Möbius ° : ennuyeux.

L'histoire débute plutôt bien, genre "Mission impossible" époque noir et blanc. Très vite on tourne en rond, on commence à regarder sa montre. Ce n'est pas écrit, les dialogues ont l'air sottement improvisés, on cherche le scénario. Dujardin à l'air de s'emmerder du début à la fin. Emilie Dequenne se demande ce qu'elle fait là. Cécile de France, parvient à nous tirer ça et là d'une torpeur tenace. C'est long ; au bout d'une heure je pensais en avoir passé deux ! Seul Tim Roth qui ne tient pas en place joue à peu près correctement. En fait les acteurs sont très mal dirigés.

C'est poussif et décousu.

On a droit à plusieurs scènes d'intimité. La première donne le ton, avec double flash au premier lit partagé, et gros plan appuyé sur les connexions buccales ; naïf et encombrant. On s'en serait passé…

Puis vient le coup de théâtre qui nous affranchit de l'interrogation récurrente depuis le début : « mais pourquoi ce titre ? ». La, on se reprend à y croire, mais c'est peine perdue le reste est de la même veine. Le dénouement, aussi ridicule qu'invraisemblable amène la seule conclusion qui s'impose : c'est dommage, il y avait matière à faire un bon thriller. Le cinéma, c'est aussi un métier...dixit mon jeune cinéphile de 17 ans !

 Frédéric de Butler                                                                                         3 mars 2013 

L'histoire débute plutôt bien, genre "Mission impossible" époque noir et blanc. Très vite on tourne en rond, on commence à regarder sa montre. Ce n'est pas écrit, les dialogues ont l'air sottement improvisés, on cherche le scénario. Dujardin à l'air de s'emmerder du début à la fin. Emilie Dequenne se demande ce qu'elle fait là. Cécile de France, parvient à nous tirer ça et là d'une torpeur tenace. C'est long ; au bout d'une heure je pensais en avoir passé deux ! Seul Tim Roth qui ne tient pas en place joue à peu près correctement. En fait les acteurs sont très mal dirigés.

C'est poussif et décousu.

On a droit à plusieurs scènes d'intimité. La première donne le ton, avec double flash au premier lit partagé, et gros plan appuyé sur les connexions buccales ; naïf et encombrant. On s'en serait passé…

Puis vient le coup de théâtre qui nous affranchit de l'interrogation récurrente depuis le début : « mais pourquoi ce titre ? ». La, on se reprend à y croire, mais c'est peine perdue le reste est de la même veine. Le dénouement, aussi ridicule qu'invraisemblable amène la seule conclusion qui s'impose : c'est dommage, il y avait matière à faire un bon thriller. Le cinéma, c'est aussi un métier...dixit mon jeune cinéphile de 17 ans !

Frédéric de Butler                                                                                         3 mars 2013

Commenter cet article

Dr Jacques 23/05/2013 06:09

nous avons vu Moebius et ne partageons pas du tout l'avis du blogueur -chef ..... c'en est vraiment amusant !
2 raisons à cela, entre autres :
1/ enfin Cécile de France laisse éclater sa beauté qu'avec ses cheveux ras de chimiothérapée (que je ne peux supporter chez les jeunes femmes) elle cachait
2/ surtout, Béné et moi avons été séduits par les scènes d'amour tant elles incarnent ce que l'on peut espérer pour soi et qui n'est pas toujours atteint, loin s'en faut : une communion, marquée ici par le seul regard de Dujardin, l'absence de détails torrides, l'absence de mouvements qui rendent cet acte si svt grotesque au cinéma et la séquence courte qui si svt aussi manque chez des jeunes sous préservatifs qui doivent se "retirer" rapido (quelle horreur quand on y pense ....) alors qu'elle va se blottir dans les bras de cet homme dont elle aime sentir qu'il la possède et la tient tout contre lui ....
Mais çà m'aurait gêner de voir cela avec un de mes jeunes enfants, je l'avoue !

Frédéric de BUTLER 23/05/2013 06:12

Avant de reprendre le fil de sa nuit et de repiquer un roupillon, (venant de monter ds le TGV) , le petit-blogger a trouvé quelques ressources pour commenter la réponse du Dr..
Sur Cécile de France, 100% d.accord, "elle a enfin trouvé un coiffeur..."
Mais cela ne suffit pas pour faire un film.
Quant aux scènes d'amour, je suis assez d'accord sur la communion évoquée par ces images. .
Deux réserves, je trouve assez invraisemblable d'arriver à cette fusion harmonique au premier rapport, alors qu'on ne se connaissait pas quelques heures avant. Du coup, pour moi le propos devient ridicule. Deuxième remarque, je fais mienne cette remarque de François Truffaut, disant qu'il ne demanderait jamais à des acteurs de jouer une scène qu'il aurait été gêné de voir jouée par un de ses proches. Et ici on se frotte bien la couenne...